mardi 18 avril 2017

mercredi 12 avril 2017

⚓ J'ai jeté l'encre avec « Tu tueras le père » de Sandrone Dazieri


Le corps d’une femme est retrouvé décapité. Tout laisse supposé que c’est son mari qui l’a tué. Il a probablement tué aussi son fils de huit ans qui est introuvable. Le commissaire Rovere ne croit pas cette hypothèse. Il va alors faire appel à Colomba Caselli qui officiellement n’exerce plus, mais le commissaire souhaite une enquête informelle. Colomba va être difficile à convaincre, surtout qu’elle ne s’est pas tout à fait remise de ce qu’elle appelle « Le Désastre ».
De l’autre côté, nous avons Dante Torre, « l’enfant du silo ». Il a été kidnappé à l’âge de six ans, et séquestré pendant 11 ans dans un silo. Son ravisseur, il l’appelait « Le Père ». Dante pense qu’il court toujours et que la police s’est trompée de suspect, étant jugé inapte à penser par lui-même après avoir été retenue aussi longtemps, personne ne le croit.
Il se trouve que Colomba et Dante vont travailler ensemble. Dante va très vite reconnaître la signature de ce « Père ». C’est ce qui va amener Colomba a plus s’impliquer, car son raisonnement est loin d’être celui d’un fou et la laisse perplexe. Et si « Le Père » courait toujours ? Et s’il était derrière la disparition du petit Luca ? Et si d’autres enfants étaient concernés ? Voilà comment commence une enquête souterraine haletante.

L’air de rien, vous commencez à tourner les pages, et l’air de rien voilà que vous ne pouvez plus refermer le roman. Dès les premiers mots, j’ai été captivée. Nous sommes plongés dans l’ambiance avec ce qui semble être le souvenir d’un enfant retenu en captivité. Voilà de quoi intrigué dès le début. Puis très vite, nous voilà auprès d’un homme perdu, il ne retrouve ni sa femme, ni son fils… Ensuite vous découvrez le personnage de Colomba Caselli, commissaire n’étant plus en activité suite au « Désastre ». Nous la découvrons tout de suite avec ses fragilités, et nous ne pouvons qu’être intrigués par ce « Désastre », nous demandant ce qui a bien pu se passé. Et nous voilà découvrant Dante, un homme qui semble très intelligent, mais difficile à prendre au sérieux, il semble avoir quelques problèmes psychologique depuis qu’il a retrouvé sa liberté après onze ans enfermés dans un silo. Pour clôturer tout ceci, c’est le duo formé par Colomba et Dante qui ne pourra que vous séduire. Ces deux personnages sont très différents, ils ont vécu des choses très différentes, mais l’envie de mettre un terme à cette histoire leur est commune. Finalement ils vont être complémentaire, s’entraidant à surmonter leur fragilité, et devenir un duo redoutable…

L’auteur à très bien conduit son roman, rien ne laisse présagé de l’ampleur du cauchemar. Il est très difficile d’émettre ses propres hypothèses, un indice menant à un autre, mais rien de concret pour Colomba, Dante et le lecteur qui sont baladés. « Le Père » sait bien se protéger, et il s’avère très difficile de remonter jusqu’à lui. Ce qui est doutant plus difficile, c’est que leur enquête n’est pas officielle, et ils vont avoir des petits ennuies avec les voies officielles, pour eux le coupable est tout trouver, et ils ne croient pas du tout à l’hypothèse de Dante…
J’ai été conquise par ce roman, une ambiance sombre, une inquiétude montant crescendo, une enquête qui semble sans issue, et un duo de personnage percutant. Voilà plein de bons ingrédients manier correctement par l’auteur.

Éditions Robert Laffont - Thriller - 664 pages - 21,50 € en grand format

dimanche 9 avril 2017

⛵ Tous à la barre ! #08


Photo credit: This Rules / Foter.com / CC BY-NC-SA

Bonjour mes petits matelots, je vous invite derrière la barre du navire. Ne soyez pas timide ;)
Inspiré du rendez-vous Teaser Thueday créé par MizB et que j'ai découvert chez Read Forever, je vous présente le voyage en cours. Le principe : prendre sa lecture en cours, ouvrir une page au hasard, et partager deux phrases (ou un tout petit plus) en essayant évidemment de choisir des passages qui n'incluent pas de spoilers. Prêt à découvrir le voyage en cours ?

mercredi 5 avril 2017

☸ Julia vous embarque avec « Minou, Minou, où-es tu allé ? À Paris je suis allé, et voici ce que j'ai visité » de Russell Punter

Traduit par Lorraine Beurton-Sharp
Illustrations : Dan Taylor



Je remercie Babelio, grâce à qui j'ai reçue cet album dans le cadre de la masse critique spéciale jeunesse, ainsi que les éditions Usborne pour l'envoie. Un jolie album pour Julia qui est encore petite pour comprendre (elle a 5 mois, bientôt 6), mais regarder le livre et entendre ma voix l'occupe et moi aussi par la même occasion. Nous suivons les aventures de Minou, un chat qui raconte son voyage à une amie. Sa destination : Paris. En très peu de pages, il nous régale avec son périple tout en rimes.

A chaque pages, nous avons le droit de découvrir, un monument, ou un lieu touristique. Les illustrations sont superbes et je crois que je peux dire que Julia aussi aime beaucoup. Elles attirent l’œil avec leurs jolies couleurs, et les dessins sont assez détaillés, c'est vraiment chouette. Le texte qui accompagne les illustrations est fait pour ressembler à une comptine. Comme indiqué à la fin de l'album, celui-ci s’inspire d'une comptine anglaise "Pussy cat, Pussy cat". Ainsi nous suivons les aventures de Minou dans un rythme entraînant.

En bref, un jolie album pour enfant, qui peut plaire au plus petits, comme au plus grands, je suis contente de l'avoir dans la bibliothèque de Julia, et je me procurerai surement les autres album dans la même collection, pour faire visiter à ma fille, en compagnie de Minou, d'autres capitales.

Éditions Usborne- Jeunesse - 9,95 € le grand album

dimanche 2 avril 2017

✄ Les aventures livresques de mars 2017




Bonjour tout le monde, alors que s'est-il passé pendant ce mois de mars ? Bien que le mois de mars soit plus long que celui de février, j'ai été beaucoup moins productif du côté des lectures. J'ai consacré ce mois de mars à d'autres occupations. Je me suis motivée pour aller deux fois par semaine dans une salle de sport, et cela bouge du côté de ma vie personnelle. Du coup, il ne reste plus qu'un tout petit créneau le soir, avant d'aller me coucher, pour bouquiner. Je vous laisse découvrir mon avancée d'escargot ;)

mercredi 29 mars 2017

⚓ J'ai jeté l'encre avec « Concerto pour 4 mains » de Paul Colize


Jean Villemont, avocat pénaliste, se retrouve par la force des choses à défendre Akim Bachir, qui a commis un braquage dans un bureau de poste. Mais il n’y a pas que cette affaire qui va lui tomber dessus, il va croiser la route de Laïla Naciri, une consœur qui va beaucoup l’aider, dans tous les aspects de sa vie…
De l’autre côté nous découvrons Franck Jammet, un virtuose du braquage. Les médias parlent beaucoup du braquage de Zaventem, et l’attribue à Franck Jammet. L’organisation de ce braquage ressemble énormément à ses méthodes de chef d’orchestre. Pourtant aucune preuve n’existe.
A priori, rien de relie Franck Jammet avec l’affaire de Akim Bachir. Pourtant, Jean Villemont ne pourra que se perdre dans de troublantes suppositions. Est-ce que Franck Jammet a commis le casse du siècle dans la nuit du 18 au 19 février ? Et qu’est ce qui peut relier son client à cette affaire ?

L’auteur entraîne son lecteur entre le présent avec Jean Villemont qui pensait avoir à faire à un dossier simple avec Akim Bachir ; et le passé avec la vie de Franck Jammet. Le début est un peu long, et il est difficile de comprendre ce qui peut relier ses deux fils de vies. J’ai juste compris que Franck Jammet est accusé du braquage de Zaventem qui a priori n’a rien à voir avec le braquage d’Akim. Du coup, je me suis beaucoup interrogée sur la façon de l’auteur d’aborder les choses. Une fois que j’ai commencé à comprendre, mes interrogations étaient loin d’être terminées : comment Jean allait-il faire pour pouvoir appuyer ses suppositions avec un client qui s’entête à se taire ?

J’ai beaucoup aimé suivre le fil de vie de Franck Jammet, suivre son enfance et comprendre ce qui petit à petit, l’a emmené sur les chemins du braquage. Le personnage ne peut que plaire, il est très intelligent, en plus d’être élégant. Effectivement, Franck est contre toute forme de violence, ses braquages se déroulent sans accros et sans blessé, c’est juste fascinant. Il est également très intéressant de découvrir les amis de ce virtuose du braquage.
J’ai par contre moins aimé le fil de vie de Jean Villemont, ce personnage m’a été assez antipathique, je ne me suis pas sentit concerné par son vécu. Il est fraîchement séparé, et pour tout dire, je comprends son ex-femme, alors qu’elle est à peine mentionnée.
Ce qui est assez drôle, c’est que le récit de Jean est écrit à la première personne, en général avec ce genre de narration, le lecteur se sent plus proche du personnage. Pourtant je me suis senti plus proche par Franck, alors que son récit est écrit à la troisième personne. Il faut dire que la vie d’un braqueur est plus exaltante que la vie d’un avocat.

Malgré un début lent, le roman est bon et bien construit. Il est possible que vous soyez perdu dans les dates avec ses bons entre passés et présent, mais cela n’a en rien entravé à mon plaisir de découverte. L’auteur balade vraiment son lecteur, mais le tient fermement, vous ne pourrez qu’avoir envie, tout comme moi, de découvrir « où se trouvait Franck Jammet la nuit du 18 au 19 février 2013 ? ». Ce roman est le premier que je lis sur le grand banditisme, et mon saut dans cet univers est réussi… Je ne sais pas si on pourrait en dire autant sur Jean, mais là, je commence à trop en dire ;)

Éditions FleuveNoir - Thriller - 471 pages - 19,90 € en grand format

mercredi 22 mars 2017

⚓ J'ai jeté l'encre avec « La belle assise » de Brice Milan


Je remercie l’auteur qui m’a confié la lecture de son roman. Nous suivons Jean-Yves, qui croise en allant au centre commercial une personne paraplégique qu’il ne va pas pouvoir oublier. Il va chercher à la retrouver, et cette nouvelle rencontre va changer bien des choses pour lui.

Le fond de l’histoire est bien pensé, bien ficelé. Vous vous interrogerez tout au long, cherchant des réponses. Qui est cette jeune handicapée ? Car Jean Yves va découvrir bien des choses dans sa recherche pour revoir la « belle assisse ». Il va devoir dénouer le vrai du faux, et nous aussi. L’auteur a très bien su mettre en scène cette intrigue autour de la belle. Jusqu’à la fin, on ne se doute pas un seul instant de ses vraies motivations. J’ai été mise sur la piste, j’ai émis plusieurs hypothèses, mais il se trouve que je n’avais pas tout à fait raison, la fin est vraiment inattendu. Je dis bravo à l’auteur, qui en peu de pages arrive à appâter le lecteur dans ses filets, à le faire tourner autour du pot, et à apporter toutes les réponses à la fin. Les romans courts me laissent toujours un goût d’inachevé, j’ai toujours l’impression qu’il manque un petit quelque chose, et ici pas du tout.

Le seul bémol que j’émets envers ce roman, c’est le personnage. C’est à travers les yeux et les pensées de Jean-Yves que nous suivons principalement le fil des évènements. Malheureusement je ne peux pas dire que j’ai accroché avec ce personnage. Il a des défauts, mais je pense que le langage soutenue utilisé par l’auteur (et donc le personnage) y ai pour quelque chose. Jean-Yves est issu d’un milieu bourgeois, et cela se sent quand nous lisons le livre. Je ne sais pas si les personnes issues de ce milieu emploi vraiment tout ce beau vocabulaire quand ils parlent, mais du coup pour moi cela ne fait pas naturel, cela fait trop guindé.Si l’intrigue autour de la « belle assisse » n’était pas vite arrivé, je ne sais pas si j’aurais autant apprécié le roman.

En bref, malgré la façon de s’exprimer du personnage et la façon dont le roman est écrit, l’intrigue bien ficelé ne peut que vous emporté jusqu’à la conclusion finale totalement inattendue. Un roman court, mais riche.

Auto Edition - thriller - format numérique
Disponible gratuitement sur Wattpad

dimanche 19 mars 2017

⛵ Dans ma Cale #015


Photo credit: luis de bethencourt / Foter / CC BY

Bienvenue dans la cale du navire dévoreur de livres ! Si je vous fais descendre en fond de cale, ce n'est pas pour vous enfermer, ne vous inquiétez pas ;) Inspiré du rendez-vous trouvé chez Gwen sous le nom Dans ma PAL, je vous présente les trésors qui attendent d'être lus. Des trésors que je viens d'ajouter à ma collection ou des trésors qui prennent la poussière depuis un petit moment.
Qui sait ! Vous aurez peut-être envie de rester dans ma cale après avoir découvert le livre du mois...

jeudi 16 mars 2017

⚓ J'ai jeté l'encre avec « Rédemption » de Mélanie Wency


J’ai enfin terminé la saga L’envers du paradis et j’en remercie les Editions Hélène Jacob sans qui je n’aurais surement jamais découvert la saga. Un petit rappel de l’histoire : Kassia vivait une vie normale, elle fait sa rentrée au lycée avec mon meilleur ami Sébastian, mais tout bascule le jour où elle croise la route de deux garçons. L’un avec de magnifiques yeux émeraude et l’autre avec les yeux où les flammes de l’enfer dansent. Cette rencontre explosive va plonger l’âme de son meilleur ami sans un sommeil profond. C’est en voulant tout faire pour le réveiller qu’elle va découvrir sa véritable nature et ce que cache les cauchemars qui l’a hante depuis longtemps. Si ce petit résumé vous donne envie, je vous invite à découvrir mes avis sur le tome 1 et 2 en cliquant par ici. Je vous invite également à lire directement le dernier paragraphe pour connaître ma conclusion sur la lecture de la saga, ce qui va être au milieu va être totalement spoliant ;)

L’auteure a été sadique, elle a laissé Kassia dans une grave situation. Elle a beau être de nouveau totalement elle-même en ayant fusionné son côté lumineux à son côté ténébreux, comment son âme allait-elle pouvoir renaître ? L’enfer refuserait l’ange en Kassia, tandis que le paradis refuserait le démon en elle. L’enfant de l’ombre et la lumière ne pouvait pas rester comme ça (sinon il n’y aura pas de tome 3). C’est sans surprise que Kassia revient parmi les vivant, en étant elle-même et entière. Elle va devoir apprendre à faire cohabiter ses deux personnalités, et à trouver ce fameux équilibre lui permettant de sauver Sébastian.

Je dois bien avouer que j’ai été déçu de la façon dont Sébastien se réveille, j’ai trouvé ça trop facile, Kassia ne s’est même pas rendu compte de ce moment de grâce où elle a enfin accepté son côté démoniaque… Un moment qui ne dure pas longtemps, mais suffisant pour ramener Sébastian. Ce qui est plutôt cool, c’est de faire enfin connaissance avec ce personnage qui est resté à dormir pendant presque 2 tomes.

Ce roman ne s’arrête pas avec le réveil de Sébastian, déjà comme je vous le disais, ce moment où elle a trouvé l’équilibre ne dure pas longtemps, alors ça nous laisse plus de temps pour voir Kassia trouver une harmonie avec elle-même. Puis cette histoire d’enfant d’ombre et de la lumière ne s’arrête pas, car Kassia attire bien des convoitises

Je parle beaucoup de Kassia oubliant les autres personnages. Bien que Kassia soit au centre de l’histoire, elle a pourtant besoin de ses amis. Kyrian le premier, sans oublier les autres, Lexis, Miah, Amaël. Ce que je pourrais reprocher à ses personnages, c’est bien qu’ils aient des centaines d’années de vie à leur actif, ils gardent un comportement assez adolescent, chose qui passe quand il s’agit de Kassia et de Sébastian, mais parfois cela n’a pas de sens avec les autres. Heureusement rien de bien agaçant, comme cela peut être le cas dans beaucoup de saga jeunesse que je lis. J’adore ses personnages, autant que Kassia, ils écrivent aussi l’histoire.

Pour finir, je dois dire que j’ai adoré cette saga. C’est la première saga que je lis qui traite des anges et des démons, du paradis et de l’enfer. J’aime beaucoup la façon qu’à choisit l’auteur d’aborder les choses, puisque au final, on en tire une conclusion : plus grande est la lumière, plus présente sont les ombres, et même dans le noir, on peut toujours trouver une lueur d’espoir. Il n’y a pas que le bien et le mal, cela va plus loin que cela, et l’auteure avec sa saga le prouve et pas seulement avec Kassia qui représente l’équilibre, mais avec tous les personnages de la saga. Une belle histoire avec des personnages attachants, je ne peux que vous conseiller de vous perdre entre lumière et ténèbres à votre tour.

Éditions Hélène Jacob - Fantastique / Jeunesse - 4,99 € en numérique
Lien boutique

mardi 14 mars 2017

⚓ J'ai jeté l'encre avec « Le voisin » de Tatiana de Rosnay


Colombe Barou, une femme aimante qui se consacre à son mari et ses enfants ; une femme qui écrit des romans pour les autres alors qu’elle rêve d’écrire un roman à elle ; une femme discrète ; une femme qui ne se plaint jamais ; une femme qui s’efface ; une femme avec un quotidien banal et sans histoire. Mais cela, c’était avant d’emménager dans un nouvel appartement, avant d’entendre nuit après nuit un raffut venant de l’étage au dessus. Un raffut qui l’empêche de dormir, d’avoir les idées claire. Personne ne la croit, ni son mari, ni sa sœur. On la prend pour une folle. Le raffut s’entend uniquement dans sa chambre, pendant que mon mari est absent. Et il est souvent absent. Qui est se voisin qui déclare ouvertement la guerre à Colombe ? Colombe réussira-t-elle à sortir de sa réserve et oser enfin se révolter ?

L’auteure nous met tout de suite dans l’ambiance avec un passage où Colombe est coincée sous le lit de son voisin. Comment est-elle arrivée ici ? Et pourquoi en être arrivé à se cacher sous le lit du voisin ? J’ai tout de suite eu envie de le savoir. Et pour le savoir, il faut suivre le fil de l’histoire choisit par l’auteure, revenir en arrière, au moment où Colombe visite l’appartement avant d’emménager. Nous découvrons ainsi le quotidien et le caractère de Colombe, ce qui nous fait poser encore plus de question. Car comment une femme aussi renfermée sur elle-même, qui a peur d’être dans la lumière, qui a peur des histoires, a-t-elle pu se retrouver dans une telle situation ?

Voilà comment Tatiana de Rosnay nous livre un beau roman, un roman où l’on suit Colombe, où l’on la voit changer. Un roman plein de question sur ce voisin bruyant. J’ai été happée, dévorant les pages, voulant savoir, et la fin m’a très étonnée. Entre thriller et psychologie, vous serez embarquée bien malgré vous entre les pages de ce roman, voulant découvrir le mystère qui se cache derrière se voisin, mais aussi apprécier la transformation de Colombe.

Éditions Le Livre de Poche - Contemporain - 282 pages - 6,60 € au format poche